1766, a Year of Risks For Martinique #2/3 The Hurricane of August

tanlistwa, gravure, vue de Fort-Royal, XVIIIe siècle

Fire of part of the city in May, hurricane in August, tidal wave and earthquake in September. I report to you what the archives tell us about these events of 1766, a black year for the city of Foyal and its inhabitants, but also for the whole island. For this second part, we are interested in the violent hurricane that devastated the island during the night of 13 to 14 August, leaving families in mourning and in fear of famine.

1766, une année d’aléas pour la Martinique #2/3 l’ouragan d’août

tanlistwa, gravure, vue de Fort-Royal, XVIIIe siècle

Incendie d'une partie de la ville en mai, ouragan en août, raz de marée et séisme en septembre. Je vous rapporte ce que nous racontent les archives de ces évènements de 1766, une année noire pour la ville foyalaise et ces habitants, mais aussi pour toute l'île. Pour ce second volet, on s'intéresse au violent ouragan qui a dévasté l'île dans la nuit du 13 au 14 août laissant les familles en deuil et dans la crainte d'une famine.

1766, a Year of Risks For Martinique #1/3 The Fort-Royal Fire in May

tanlistwa, gravure, vue de Fort-Royal, XVIIIe siècle

Fire of part of the city in May, hurricane in August, tidal wave and earthquake in September. I report to you what the archives tell us about these events of 1766, a black year for the city of Foyal and its inhabitants, but also for the whole island. For the first of the three episodes, I am interested in the fire that broke out in the night of 19 to 20 May in the town of Fort-Royal, leaving an entire neighbourhood in ashes.

1766, une année d’aléas pour la Martinique #1/3 l’incendie de Fort-Royal en mai

tanlistwa, gravure, vue de Fort-Royal, XVIIIe siècle

Incendie d'une partie de la ville en mai, ouragan en août, raz de marée et séisme en septembre. Je vous rapporte ce que nous racontent les archives de ces évènements de 1766, une année noire pour la ville foyalaise et ces habitants, mais aussi pour toute l'île. Pour le premier des trois épisodes, je m'intéresse à l'incendie qui se déclara dans la nuit du 19 au 20 mai dans la ville de Fort-Royal laissant tout un quartier en cendres.

The Military Hospital of Fort-de-France #3/3 Enslaveds to Serve the Sick (b)

Tanlista, photographie en noir et blanc représentant sur 3 rangées des infirmiers et infirmières noires posant contre un mur, premier rang assis au sol, le second sur un banc, le dernier debout. Ils portent un uniformes blancs, robes pour les femmes, parfois surmonté d'un tablier sombre

Today, I am talking about the enslaved apothecaries, assistant surgeons and nurses who helped care for the sick at the Fort-Royal hospital, a paramedical activity that was not very common in the colonial and slave-owning society of the 18th century.

L’Hôpital militaire de Fort-de-France #3/3 Des esclaves au service des malades (b)

Tanlista, photographie en noir et blanc représentant sur 3 rangées des infirmiers et infirmières noires posant contre un mur, premier rang assis au sol, le second sur un banc, le dernier debout. Ils portent un uniformes blancs, robes pour les femmes, parfois surmonté d'un tablier sombre

Aujourd'hui, je vous parle des apothicaires, aides-chirurgiens et infirmiers esclaves qui contribuaient aux soins des malades de l’hôpital de Fort-Royal, une activité paramédicale peu banale dans la société coloniale et esclavagiste du XVIIIe siècle.

The Military Hospital of Fort-de-France #2/3 Enslaveds to Serve the Sick (a)

Tanlistwa, gravure représentant des blanchisseuses ou Lavandièresau bord d'une rivière, l'une rince son linge dans la rivière, une autre le frotte au bord de la rivière, une troisième l'étend à sécher dans un arbre, à côté un panier de vannerie contient du linge, un homme ou garçon qui semble être nu est debout dans la rivière de l'eau au niveau des cheville, il tient un baton et porte un chapeau

Today, I will continue the history of the Fort-Royal Hospital and tell you in detail about the men and women, enslaved, who served the sick at the end of the 18th century.

L’Hôpital militaire de Fort-de-France #2/3 Des esclaves au service des malades (a)

Tanlistwa, gravure représentant des blanchisseuses ou Lavandièresau bord d'une rivière, l'une rince son linge dans la rivière, une autre le frotte au bord de la rivière, une troisième l'étend à sécher dans un arbre, à côté un panier de vannerie contient du linge, un homme ou garçon qui semble être nu est debout dans la rivière de l'eau au niveau des cheville, il tient un baton et porte un chapeau

Aujourd'hui, je poursuis l'histoire de l'hôpital de Fort-Royal et je vous parle en détail des hommes et des femmes, esclaves, au service des malades à la fin du XVIIIe siècle.

Industrial heritage: the dry dock of Fort-de-France

tanlistwa, bassin de radoub, Fort-de-France, Drydock, Martinique

The JEP2019 were the opportunity to discover the Fort-de-France dry dock, an essential reception area for the construction, maintenance and repair of ships, it is now classified as a historical monument.

Patrimoine industriel : le bassin de radoub de Fort-de-France

tanlistwa, bassin de radoub, Fort-de-France, Drydock, Martinique

Les JEP2019 ont été l'occasion de découvrir le bassin de radoub de Fort-de-France, lieu d'accueil essentiel pour la construction, l'entretien et la réparation des navires, il est désormais classé monument historique.

[sur Manioc.org] Le carnaval à la Martinique dans les livres anciens

tanlistwa, carnaval

C'est Carnaval ! Je vous propose de découvrir le carnaval à la Martinique, de Saint-Pierre à Fort-de-France, de 1891 à 1935.

La ville capitale de la Martinique

Tanlistwa, Saint-PIerre, Fort-Royal, Martinique

Vous lirez souvent au gré de vos balades sur la toile que Fort-de-France devint la capitale de la Martinique en 1902 quand Saint-Pierre fut détruite par l'éruption volcanique de la montagne Pelée.
L'histoire est un peu plus complexe!