1766, une année d’aléas pour la Martinique #2/3 l’ouragan d’août

tanlistwa, gravure, vue de Fort-Royal, XVIIIe siècle

Incendie d'une partie de la ville en mai, ouragan en août, raz de marée et séisme en septembre. Je vous rapporte ce que nous racontent les archives de ces évènements de 1766, une année noire pour la ville foyalaise et ces habitants, mais aussi pour toute l'île. Pour ce second volet, on s'intéresse au violent ouragan qui a dévasté l'île dans la nuit du 13 au 14 août laissant les familles en deuil et dans la crainte d'une famine.

1766, une année d’aléas pour la Martinique #1/3 l’incendie de Fort-Royal en mai

tanlistwa, gravure, vue de Fort-Royal, XVIIIe siècle

Incendie d'une partie de la ville en mai, ouragan en août, raz de marée et séisme en septembre. Je vous rapporte ce que nous racontent les archives de ces évènements de 1766, une année noire pour la ville foyalaise et ces habitants, mais aussi pour toute l'île. Pour le premier des trois épisodes, je m'intéresse à l'incendie qui se déclara dans la nuit du 19 au 20 mai dans la ville de Fort-Royal laissant tout un quartier en cendres.

Marie Françoise Rose Le Chevalier de Longueil, mariée à 11 ans et 18 jours

tanlistwa, Mariage de Louis de France, duc de Bourgogne, et de Marie-Adélaïde de Savoie

Je ne sais pas par où commencer. Comment trouver une phrase d’accroche sympathique pour relater le mariage d’une enfant de 11 ans ?  Aujourd’hui, avec un nœud à l’estomac, je vous parle de Marie Françoise Rose.

Une saison en Guyane : Archéologie

tanlistwa, couverture de revue, une saison en Guyane, 2021

Temps de lecture : moins de 4 minutes.–> Reading the English version of this post  (coming soon)     Ce mois d'août 2021 rime avec confinement strict pour la Martinique, mes voyages se font donc calée entre les coussins d'un canapé au gré des lectures. J'ai eu le plaisir de découvrir une autre humanité sur … Continuer la lecture de Une saison en Guyane : Archéologie

Les recettes du Père Labat # 3 La pimentade (sauce-chien)

tanlistwa, piment, pimentade, sauce-chien

Aujourd'hui, je vous propose de voir la pimentade, dont l'héritière est un classique de nos assaisonnements dans les Antilles, aujourd’hui appelée sauce-chien.

Discussion avec Oliwon Lakarayib : jamais deux sans trois

Temps de lecture : moins de 2 minutes. –> Reading the English version of this post  (coming soon)   Oliwon Lakarayib est une association principalement composée d'enseignant.es d'histoire et de géographie œuvrant à diffuser les connaissances sur la Caraïbe à partir d'une plateforme numérique. Ces derniers mois, j'ai été amenée à répondre aux questions des … Continuer la lecture de Discussion avec Oliwon Lakarayib : jamais deux sans trois

[sur Symbole amitié] Base de données « Minutes notariales de Saint-Pierre »

Aujourd'hui, je vous présente la Base de données "Minutes notariales de Saint-Pierre", une nouvelle ressource bien pratique pour les chercheurs et pleine de perspectives pour la généalogie.

Les recettes du Père Labat # 1 les aliments et le jeûne

tanlistwa, Menu de maigre et ustensiles de cuisine par Jean Siméon Chardin, 1731, peinture à l'huile

Aujourd'hui, puisque nous sommes en plein carême, je vous propose paradoxalement — Labat étant plutôt un adorateur de la bonne bouffe — de démarrer cette série sur la question du jeûne. Au menu :  lamantin, iguane, diable des mers, café, thé et chocolat.

Revisiter le Domaine de La Pagerie

Aujourd'hui, je vous propose à travers l'exemple de La Pagerie de parler des coulisses du métier et de vous montrer comment la recherche scientifique peut accompagner les musées, monuments historiques et autres espaces culturels pour donner du sens à la valorisation de leurs collections et de leur patrimoine.

Jeux de société sur la Caraïbe #2

Aujourd'hui, je vais vous parler des jeux de société pour mieux connaître notre Caraïbe!

Le procès d’Émilie (1776-1806) en 1806

tanlistwa, 1880, ancienne cuisine de La Pagerie, Trois-Ilets, Martinique

Aujourd'hui, je voulais partager une histoire singulière concernant le Domaine de La Pagerie : le procès en juin 1806 d'Émilie, esclave, pour tentative d'empoisonnement sur sa maîtresse

Le préjugé de couleur à la française #6/6 Dans la vie des gens

tanlistwa, peinture,représentant Joseph, portrait de trois-quart, son regard semble perdu au loin, il porte une chemise blanche surmontée d'une verste bleur avec épaulette rouge

Aujourd'hui, je vous propose des extraits d'archives qui m'ont marquée, comme des regards témoignant de la vie des personnes libres de couleur et du poids du préjugé de couleur pour elles.

Le préjugé de couleur à la française #5/6 son expression juridique (c)

tanlistwa, peinture, portrait d'une femme noire de côté, portant une chemise blanche à bouton fermé au cou par une broche sombre, elle porte une coiffe de tissus

Aujourd'hui je poursuis l'étude du préjugé de couleur avec les mesures cherchant à contrôler le développement du groupe des Libres de couleur et celles qui les ségréguaient et les discriminaient.

Le préjugé de couleur à la française #4/6 Son expression juridique (b)

tanlistwa, peinture,en forme de médaillon, portrait de trois-quart d'un jeune homme noir portant une boucle d'oreille en or

Aujourd'hui, je vais vous parler des différentes mesures prises à l'encontre des personnes libres de couleur qui les contraignaient dans leur vie quotidienne.

Le préjugé de couleur à la française #3/6 Son expression juridique (a)

tanlistwa, extrait d'une peinture montrant le portrait d'une femme noire, de face, regardant le peintre, elle est coiffée d'un madras, porte des boucles d'oreille ronde rouge, elle a une chemise blanche

Aujourd'hui, je voudrais parler de la construction du préjugé de couleur sur le plan juridique, en m'attardant sur l'émergence des libres de couleur en tant que groupe juridique et en contextualisant l'expression juridique du préjugé par rapport à la société d'ordre du royaume de France.

Le préjugé de couleur à la française #2/6 L’image stéréotypée des Noirs

tanlistwa, peinture sur fond sombre représentant un jeune garçon noir de face, visage rond et jonflue, regardant vers le peintre, il porte une chemise claire simple, surmontée d'une étoffe sombre, il semble sourire légèrement

Aujourd'hui, je vous parle de l'image du Noir, car elle a nourri non seulement des attitudes sociales, mais aussi des décisions législatives, constitutives du préjugé de couleur, au plus haut de l’État.

L’Hôpital militaire de Fort-de-France #3/3 Des esclaves au service des malades (b)

Tanlista, photographie en noir et blanc représentant sur 3 rangées des infirmiers et infirmières noires posant contre un mur, premier rang assis au sol, le second sur un banc, le dernier debout. Ils portent un uniformes blancs, robes pour les femmes, parfois surmonté d'un tablier sombre

Aujourd'hui, je vous parle des apothicaires, aides-chirurgiens et infirmiers esclaves qui contribuaient aux soins des malades de l’hôpital de Fort-Royal, une activité paramédicale peu banale dans la société coloniale et esclavagiste du XVIIIe siècle.

L’Hôpital militaire de Fort-de-France #2/3 Des esclaves au service des malades (a)

Tanlistwa, gravure représentant des blanchisseuses ou Lavandièresau bord d'une rivière, l'une rince son linge dans la rivière, une autre le frotte au bord de la rivière, une troisième l'étend à sécher dans un arbre, à côté un panier de vannerie contient du linge, un homme ou garçon qui semble être nu est debout dans la rivière de l'eau au niveau des cheville, il tient un baton et porte un chapeau

Aujourd'hui, je poursuis l'histoire de l'hôpital de Fort-Royal et je vous parle en détail des hommes et des femmes, esclaves, au service des malades à la fin du XVIIIe siècle.